Mon top 10 des bistrots & brasseries à Paris

L'assiette

Alors là… franchement… je ne suis venue qu’une seule fois à L’Assiette et c’est déjà un de mes restaurants préférés à Paris !

 Il m’a fait redécouvrir le cassoulet… moi qui n’aimait pas ça du tout, celui-ci est… fantastique, magique, fabuleux, mirobolant ! Pas de mots ! Extra généreux en quantité et en qualité, la parfaite proportion de viande pour le parfait dosage de haricots, la petite croûte gratinée au dessus et sur les bords. Je vous assure qu’on repart de L’Assiette le bouton du jean grand ouvert ! 

Mais par pitié, ne vous arrêtez pas au cassoulet, SURTOUT ne passez pas à côté du dessert phare de la maison : une crème caramel beurre salé de DINGUE. J’en ai rêvé des semaines après, et j’ai même tenté de faire la recette chez moi tant elle m’a rendue folle… 

www.restaurant-lassiette.paris

Mamie par Jean Imbert

Quand Jean Imbert concocte un restaurant en s’inspirant des recettes de sa mamie (qui participe au projet !), tout en s’alliant à Cédric Grolet pour les desserts… Ca donne ça ! 

Une brasserie comme une grande salle à manger avec une longue table en bois centrale que l’on partage avec les autres clients. Il y a quand même quelques tables seules pour les plus réticents. On s’y sent comme pour un déjeuner du dimanche en famille chez mamie. Papier peint fleuri, vaisselle Dior (mon rêve pour chez moi !), chaises en bois, moquette de velours, rideaux en dentelle… L’ambiance de la maison de famille est belle est bien recréée !

À la carte : peu de choix, mais ça change régulièrement, et vous êtes sûrs de trouver quelque chose qui vous plaît ! J’ai complètement craqué pour le délicieux céleri rémoulade à la poutargue & le hachis Parmentier à partager… Complètement dingue (aïe aïe aïe cette viande si fondante…), comme un goût de trop peu ! En dessert, la fabuleuse île flottant de Cédric Grolet. Un oeuf a casser libère une crème anglaise à la vanille, pour accompagner les blancs cuits… une vraie merveille gustative. 

Seul bémol de cette adresse ? La localisation : au fin fond du 16ème, très mal desservi !

www.mamiejeanimbert.com

Brasserie Bellanger

C’est clairement une des plus jolies brasseries que j’ai eu l’occasion de tester à Paris ! Beaucoup de couleurs, de fleurs, une vaisselle avec laquelle je repartirai bien. Et en plus les serveurs sont très cool ! (mention spéciale pour les carafes en forme d’animaux). C’est un mélange entre la brasserie d’antan et les restaurants à la mode, et ça me plaît beaucoup. Qui a dit que les brasseries étaient ennuyantes et kitch ?

Les produits viennent des quatre coins de la France et ont été choisis par Victor et Charly, les deux créateurs du restaurant. Après avoir ouvert un pop-up à Belleville il y a quelques années, ils se sont définitivement lancé dans l’aventure. J’avais testé ce pop-up et j’attendais leur restaurant avec impatience ! 

On y trouve donc des plats classiques français (croque-monsieur, saucisse-purée, tartare, boeuf bourguignon, oeuf mayo, …) à prix abordable, et ça fait plaisir ! 

www.victoretcharly.com

Brasserie du Louvre

Cette brasserie-ci se situe à la sortie du métro “Palais Royal – Musée du Louvre”, vous ne pouvez pas la louper ! Juste en face d’un des musées les plus connus au monde, voici une des brasseries d’un des chefs les plus connus au monde, Paul Bocuse. La vie est bien faite non ? 

Très agréable de s’assoir près de la vitre et de pouvoir y admirer les colonnes de Buren tout en dégustant des plats si bons… Les parfaits classiques sont bien là, travaillés à merveille… Soupe à l’oignon, poulet à la crème et aux champignons (olala c’est si bon…), énorme meringue à la glace vanille & chantilly (arrosée de sauce chocolat). Clairement une de mes brasseries fétiches, on ne peut pas se tromper en venant ici !

www.brasseries-bocuse.com

Petit Bouillon Pharamond

C’est de très loin l’adresse la moins chère de cette sélection (et plus encore). Comme le nom l’indique, il s’agit d’un Bouillon. C’est à dire un restaurant dont le concept est de servir des aliments de bonne qualité rapidement et à des prix abordables. Et figurez-vous que ce bouillon existe depuis 1832 !

C’est donc une adresse mythique des Halles où de nombreux habitués s’y rejoignaient pour boire et manger généreusement sans trop dépenser (il paraît même que Mitterand et Chirac étaient des clients réguliers !). Depuis, l’adresse est entre les mains des fondateurs de John Weng qui respectent avec tradition les délicieux plats français sans chichi. On y trouve même des Tripes à la Motte de Caen, c’est la spécialité. 

Et ce lieu… une sublime salle en bas, et plusieurs petites privatisables à l’étage. Il faut reconnaître qu’on en prend plein les yeux (ce n’est pas pour rien que cette bâtisse est classée monument historique).

Lorette et les garçons

Enfin une jolie adresse bien frenchouille du côté de Saint-Lazare ! Un vrai bistrot parisien aux nappes rouges et blanches, du carrelage et du bois, du vin rouge sur la table et une carte totalement homemade. Oeufs mayo, poulet à l’ail-frites, blanquette de veau, profiteroles, bref… Les plats chouchou que notre grand-mère nous faisait le dimanche. On adore et on en redemande d’autant plus ! 

Le plus surprenant ? On se croirait dans une adresse qui existe depuis des décennies, mais ce sont deux jeunes potes qui l’on lancé il y a quelques années. Chapeau !

www.lorette-lesgarcons.fr

Le Gallopin

Cette brasserie existe depuis 1876, impressionnant non ? Avec son atmosphère Belle Epoque d’origine, Gallopin est d’une élégance hors du temps, en pleine place de la Bourse. Par le décor, on s’offre un repas, mais également un voyage dans le temps.

La cuisine, aussi, révèle la richesse de notre héritage gastronomique : des recettes réconfortantes, goûteuses, généreuses. Le tout servi dans une élégante vaisselle et de l’argenterie chinée. Sans oublier le spectacle de l’équipe en salle : flambage des gambas, des crêpes Suzettes, ou bien de l’Omelette Norvégienne. On s’occupe de nous ! 

Ne passez pas à côté du fameux Oreiller de la Belle Aurore (un type de pâté en croûte juste divin), spécialité de la maison, et des profiteroles bien chocolatées (ma passion!). 

www.gallopin.com

Gilberte

Voici une des brasseries de Saint-Germain (il y en a pas mal dans ce coin) qui a retenu mon attention : Gilberte ! En effet, c’est un sans faute pour moi de l’entrée au dessert, en passant par la déco. De toute évidence, on est plus du tout dans la traditionnelle décoration de brasserie typique. Ici c’est plutôt design en intérieur et cosy (bois) en terrasse.

A la carte, par contre, on reste bien dans le thème du classique français pour mon plus grand bonheur. Mon énorme coup de cœur du repas : le croque monsieur ! LE MEILLEUR DE MA VIE, et je pèse mes mots : épais, moelleux, bien imbibé, baveux, cheesy… J’étais bouche bouchée après l’avoir dégusté. Est-ce possible de créer une chose pareille ?! Ma-gique ! Le cordon bleu aussi ne m’a pas laissée de marbre… Bien coulant de fromage, très joli à voir, et accompagné de pommes de terre sauce fromage. Quoi de plus réconfortant ?! 

Et pour le dessert, la tarte tatin aux pommes ultra confites & crème crue… C’est comme ça qu’on la préfère !

Tous ces délices ne seraient pas si bons si l’accueil n’avait pas été aussi souriant et de bon conseil. Une vraie bonne adresse !

www.restaurant-gilberte.com

Le XVII sur vin

Dans le 17ème arrondissement trône un beau bistrot où se rencontrent les habitués du quartier : la salle est spacieuse mais pas trop. En fait on se sent comme dans une maison familiale (vous savez avec les tableaux, le parquet, les tables rondes en bois, les vieux miroirs). Il faut reconnaître que ça met tout de suite à l’aise. En cuisine, Bruno Turbot, ancien chef étoilé du Clovis au Sofitel Arc-de-Triomphe, et du Négresco, et son fils en salle. On tient ici une affaire de famille !

Si la carte change à chaque saison, il y a toutefois des incontournables qui ne bougent pas d’un poil. On peut citer par exemple le tourteau en entrée, la côte de veau & son gratin, et la brioche perdue. 

En parlant de côte de veau… on m’avait prévenu… la meilleure de Paris… Et bien je ne peux pas dire mieux. On nous la présente d’abord entière dans une poêle, et quelques instants après, là voilà devant nous en belles tranches. Une cuisson divine (rosée comme il faut)… Une cassolette de jus de viande pour accompagner, et surtout… un gratin dauphinois comme vous n’en avez jamais gouté. Ne ratez surtout pas ça les amis ! 

www.lexvii-sur-vin.com/facebook

Drouant

Encore une brasserie chargée d’histoire. J’aime tellement les adresses qui allient gourmandise, tradition et histoire. Depuis 1914, Drouant accueille chaque mois les diners des membres de la prestigieuse Académie Goncourt, ainsi que la remise annuelle du fameux prix littéraire. Et si vous aviez connu le restaurant à l’époque, vous auriez pu y croiser Colette, Aragon, Jules Renard, Octave Mirbeau ou encore Jean Giono qui y avaient leurs couverts.

Autrefois entre les mains d’Antoine Westerman, c’est les frères Gardinier qui ont repris Drouant en 2018. Cette adresse plaît avec des grands classiques de la gastronomie française remis au goût du jour. Aussi, le lieu arbore une certaine prestance, un peu comme un temple de la gastronomie française à Paris dans lequel on aurait ajouté une touche de modernité (coucou les superbes chaises vertes claires).

Dans l’assiette, on fond de bonheur pour la tarte fine à la truffe en apéro. De même, on jubile en dégustant l’incroyable vol-au-vent de ris de veau (spécialité de la maison), sans omettre le canonissime millefeuille caramel. En dernier lieu, après le repas, on visite les salons privatisables à l’étage (quel escalier sublime…). On peut y admirer la salle du prix Goncourt et on laisse porter nos yeux sur les livres mythiques Goncourt.

www.drouant.com

Astair

Un dîner parisien par excellence ? Je nomme Astair ! Situé en plein coeur de Paris dans le mythique Passage des Panoramas, il n’y a pas plus rétro ! On s’installe dans un joli décor tamisé, décoré de plantes, et d’un superbe bar.

La carte est remplie de classiques de la cuisine française, c’est ça qu’on aime ! Oeuf mollet & champignons, calamars frits, os à moelle. Puis blanquette de veau (remarquablement bonne !), et filet de dorade. Et enfin mousse au chocolat ainsi que tiramisu revisité (en plus léger et encore meilleur). Tout était délicieux et le service dynamique, de bons conseils et toujours souriant !

www.astair.paris

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.